• Retrouvez dans la rubrique FORMATION 
  • toutes les informations sur le Compte Personnel de Formation

Les plateformes de suivi et d’appui aux décrocheurs (PSAD)

<div style="text-align: justify;"><br /><br /><br /><br /></div>

Les PSAD en Guyane

Pilotées par le Préfet, le Recteur et le Président de Région, les Plates-formes de Suivi et d’Appui aux Décrocheurs (PSAD) sont un mode de coordination des acteurs locaux de la formation, de l’orientation et de l’insertion des jeunes.

Elles rassemblent à différents échelles (régionale et locale) les responsables des centres d’information et d’orientation, des missions locales, des centres de formation d’apprentis, des établissements de l’agriculture, du service public de l’emploi... Définies par la circulaire du 9 février 2011, leur mise en œuvre effective en Guyane date de la rentrée 2013.


Il existe 4 PSAD installées sur les bassins d’emploi du département. Elles sont hébergées chez différents partenaires (CIO, Mission locale et établissement scolaire) en fonction des ressources propres à chaque territoire.



Retrouvez toutes les informations détaillées en un CLIC


La PSAD du bassin de Cayenne : CIO DE CAYENNE

  • Cayenne
  • Rémire Montjoly
  • Matoury
  • Cacao
  • Macouria
  • Montsinéry-Tonnegrande

LA PSAD du bassin des Savanes : MISSION LOCALE DE KOUROU

  • Kourou
  • Iracoubo
  • Sinnamary

La PSAD du bassin de l’Ouest: CIO DE ST LAURENT DU MARONI
  • St Laurent
  • Mana
  • Apatou
  • Awala Yalimapo
  • Grand Santi
  • Papaïchton
  • Maripasoula

LA PSAD du bassin de l’EST : COLLEGE C. CONSTANT à St Georges de l’Oyapock

  • St Georges de l’Oyapock
  • Régina
  • Camopi
  • Trois Sauts
  • Ouanary


En Guyane, les PSAD sont coordonnées au niveau local par un binôme Education Nationale et hors Education Nationale (Directrices de CIO, directeur de MFR, chef d’établissement et adjoint, responsable d’antenne de Mission locale ou coordinatrice académique de la MLDS). Ces coordinateurs locaux, chefs d’orchestre dans la mobilisation du partenariat sont, depuis mars 2015, aidés par des assistants de plateformes recrutés par le GIP FCIP dans le cadre de l’Initiative pour l’Emploi des Jeunes (IEJ).


La mission des PSAD



Dans chaque bassin d’emploi, les PSAD réunissent les partenaires de l’orientation, de la formation et de l’emploi. Elles mettent en commun les informations dont ces acteurs disposent. Elles repèrent ainsi les jeunes de plus de 16 ans qui ont quitté la formation initiale en cours ou en fin de cycle sans avoir obtenu le diplôme préparé. Les assistants contactent les jeunes repérés et les accompagnent de manière personnalisée vers le partenaire qui leur permettra d’accéder à une formation, une qualification ou un emploi.

Le repérage des décrocheurs : le SIEI


Le repérage des jeunes décrocheurs se fait deux fois par an, en octobre et en mars, par l’intermédiaire du Système interministériel d’échange d’informations (SIEI). Il s’agit d’un croisement d’informations entre les bases de données des établissements de formation initiale (publics, privés, agricoles), celles des missions locales et celles des centres de formation d’apprentis. Le SIEI permet d’établir une liste de jeunes sortis du système scolaire sans diplôme de niveau IV ou V (RIO Suivi). Cette liste est communiquée par voie sécurisée aux responsables des PSAD, nommés par le Préfet à cet effet.


En Guyane, entre novembre 2013 et novembre 2014, le nombre de décrocheurs a sensiblement augmenté passant de 2123 à 2209 jeunes.

Pour une prise en charge rapide, les décrocheurs sont également repérés tout au long de l’année par leur établissement scolaire. Une fiche de signalement pour chaque jeune sorti en cours ou en fin d’année scolaire sans avoir validé son cycle de formation est transmise au centre d’information et d’orientation (CIO). L’établissement scolaire garde la responsabilité de tout jeune sorti du système éducatif pendant un an à partir du constat de sortie.

Prise en charge des décrocheurs


Une fois repéré, chaque décrocheur est contacté, par téléphone et/ou par courrier, par l’assistant de la PSAD dont il dépend.

Un entretien individuel lui est proposé au sein d’un centre d’information et d’orientation (CIO), dans un établissement scolaire ou à la Mission locale selon la configuration des bassins.

Cet entretien dit « de situation » peut comporter une ou plusieurs rencontres (jusqu’à 5 rendez-vous) avec le jeune et ses parents, s’il est mineur. Il permet d’établir un diagnostic de la situation du jeune, un bilan de ses acquis et de ses compétences, de ses atouts et ses freins et in fine de lui proposer un accompagnement personnalisé par un partenaire, jusqu’à l’aboutissement vers une solution effective.

Une fiche d’entretien est réalisée et un contrat d’accompagnement est signé. Ces documents constituent le support qui établit la synthèse du parcours du jeune, ses souhaits et la formulation de la solution proposée. Les cinq rendez-vous avec l’assistant de la PSAD permettent de s’assurer de la bonne mobilisation du jeune dans ses démarches et de la mise en œuvre effective du plan d’action défini.

Les solutions proposées

Les solutions proposées par l’Education Nationale sont diverses :

  • retour en formation initiale,
  • le Lycée de la Nouvelle Chance
  • formations des GRETA,
  • apprentissage public,
  • actions de la mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS),
  • partenariat avec l’Agence du Service civique…

Les solutions des partenaires des PSAD :

  • Dispositif Accord National Interprofessionnel (ANI), contrat d’insertion dans la vie sociale (CIVIS), et la Garantie Jeune, dispositifs des missions locales…
  • Emploi d’avenir,
  • RSMA
  • Formations de la Région,
  • Accompagnement Intensif Jeunes de Pôle emploi
  • Dispositif Guyane Deuxième Chance (DG2C) 
  • Contrat d’apprentissage ou de professionnalisation,
  • Clauses d’insertion sociales

Résultats obtenus en Guyane, en 2013/2014


Suite à la campagne SIEI de novembre 2013, 2123 jeunes ont été repérés comme décrocheurs par le SIEI. Tous ont été contactés par téléphone. Cependant, eu égard à la mobilité du public en dehors et sur le territoire, 954 ont pu être effectivement entendus par les PSAD, soit 45 % de l’effectifs total. Parmi eux, 690 jeunes avaient déjà trouvé une solution (actions de la MLDS, en emploi, en formation). Aussi n’étaient-ils plus à proprement parlé décrocheurs (sans solution). Pour les jeunes restants, 91% ont accepté l’aide de la PSAD et ont pu être reçus et orientés vers la Mission Locale, le Pôle emploi, le CNED, le GRETA, Ladom, la MFR. Les 87 jeunes qui ne se sont pas présentés au rendez-vous fixé demeurent en attente d’un accompagnement ou d’une solution.

En novembre 2014, 2209 jeunes ont été identifiés par le SIEI et leurs situations sont actuellement traitées par les assistants de plateforme.

 DERNIERS ARTICLES MIS EN LIGNE POUR CETTE RUBRIQUE

Plus d'articles